Produire sans attendre la pluie

LA NATURE A CHANGE

Ici à Avrankou, nous avons eu beaucoup d’inondation dans des réceptacles qui des années durant n’ont jamais connu de grandes inondations. Avec la forte pression des pluies, des voies sont coupées ; des vents violents détruisent tout sur leur passage, surtout les cultures. Nous connaissons des pluies inattendues, qui arrivent et ramassent tout ce qu’il y a comme production. Pire, nous avons la rareté des pluies, et aussi la disparition de certaines espèces animales et végétales dans la commune”, se désole M. Appolinaire Oussou Lio, Secrétaire général de la Mairie d’Avrankou.

“J’ai eu la chance de grandir dans ce village. Il y a 20 ans, la chaleur n’était pas ce qu’elle est aujourd’hui ; les forêts que nous avons aujourd’hui ne sont plus celles que nous avons connu par le passé” — M. Appolinaire Oussou Lio.

AMELIORER LES MOYENS DE SUBSISTANCE

C’est pour réduire la vulnérabilité des populations aux impacts négatifs du changement climatique, que le Gouvernement du Bénin a mis en place en 2018 le Projet Moyens de Subsistance Durables (PMSD) avec l’appui technique et financier du Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM) et du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD). Le projet intervient dans les communes de Bopa, Bohicon, Avrankou, Ouaké et Savalou sous la direction technique du Centre de Partenariat et d’Expertise pour le Développement durable (CEPED).

Dans le village de Kotan à Avrankou, le PMSD a appuyé une centaine de femmes, membres d’un groupement dénommé Wanyinan. Il leur a apporté divers appuis : réalisation de trois forages, mise à disposition de motopompe, installation d’un système d’irrigation, formation sur les techniques de confection des planches, de fabrication de compost, de traitement phytosanitaire des plantes sans oublier des semences à cycle court, etc.

ACCES A LA TERRE

Le non-accès à la terre limite beaucoup les femmes dans leur épanouissement socio-économique au Bénin, car la plupart des terres appartiennent aux hommes. Avec le concours des autorités communales, une parcelle de deux (2) hectares a pu être mise à disposition des femmes du groupement Wanyinan pour mener leurs activités de maraîchage pour une période de 10 ans.

Ce projet a permis aux femmes d’avoir accès à la terre et de produire. La plupart d’entre elles allaient dans les forêts pour couper du bois, dévaster les forêts. Elles menaient des activités qui avaient des impacts sur l’environnement. Aujourd’hui, elles produisent sans détruire l’écosystème. C’est positif et nous ne pouvons qu’accompagner et promouvoir des pratiques du genre parce que ça doit avoir des effets multiplicateurs.”, se réjouit M. Appolinaire Oussou Lio.

MAITRISE DE L’EAU

Le projet a construit des étangs qui permettent de recueillir l’eau en période d’abondance pour réutiliser en saison sèche. Par ailleurs, trois forages ont été construits permettant de disposer sur le site maraîcher de l’eau en permanence. Le système d’irrigation mis en place permet aux femmes de faire une utilisation plus rationnelle de l’eau.

Pendant longtemps on a pensé que les activités agricoles étaient réservées aux hommes. Mais, elles ont démontré le contraire. Ce sont elles qui sont là du matin au soir à travailler. Ces activités créent même à leur niveau la sociabilité ; elles sont plus solidaires entre elles. Elles sont les meilleures utilisatrices de l’eau”, raconte M. Oussou Lio.

EPANOUISSEMENT DES MENAGES

Sur le site de Kotan, 2000 planches sont installées. Le travail est individuel, mais l’utilisation des matériels et équipements communautaire. Chacune d’elles vend en fonction de ce qu’elle a produit.

Avec ce projet, nous ne manquons de rien. Avant l’arrosage des plantes était pénible avec le transport de l’eau. Depuis qu’on nous a construit des châteaux d’eau, le travail est devenu plus aisé. Nous faisons des pépinières. Nous produisons du piment, de la tomate, des oignons, des légumes-feuilles comme la grande morelle, le crin-crin et des épinards. Nous disposons actuellement d’une somme de 500 000 FCFA issue des ventes dans notre compte”, explique Tchango Kpoviédo, Présidente du groupement Wanyinan.

J’aime manger différents types de légumes. Quand j’ai envie de manger du légume, mon épouse en ramène du jardin et me le prépare. Elle m’aide dans le foyer et donne parfois aux enfants l’argent de petit déjeuner”, raconte fièrement le mari de Yéyinou, l’une des bénéficiaires.

Yehinou Hohoyahoua (à gauche) toute souriante après avoir vendu ses produits maraîchers et son époux Kpedetin Togbé (à droite)

Texte et photos : Elsie Assogba & Roger Attemba / PNUD Bénin

--

--

--

Le PNUD est le réseau mondial de développement dont dispose les Nations Unies. Il appuie le Bénin à relever les défis d’un développement humain durable.

Love podcasts or audiobooks? Learn on the go with our new app.

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store
PNUD Bénin

PNUD Bénin

Le PNUD est le réseau mondial de développement dont dispose les Nations Unies. Il appuie le Bénin à relever les défis d’un développement humain durable.

More from Medium

A Deep Dive into Psychological Disorders

Introduction? Hard Pass.

Environmental Utopia

MySQLCursor.fetchmany() Method