L’entrepreneuriat des jeunes, une question de passion

Le PNUD soutient la promotion de l’employabilité et de l’emploi des jeunes au Bénin à travers le renforcement des capacités et la facilitation de l’accès au financement.

Vital Tchibozo, jeune entrepreneur agricole et promoteur de l’Ets Le Christal basé à Tori Bossito

Vital Tchibozo est un jeune entrepreneur agricole installé à Tori Bossito à environ 40 km de Cotonou, la capitale économique du Bénin. Ce trentenaire, Docteur en Agronomie, est le promoteur de l’ETS LE CHRISTAL, spécialisé dans la fabrication de l’alimentation animale. Depuis 2018, il a suivi plusieurs formations du Projet de Développement de l’Agrobusiness au Bénin (PDAB), qui ont renforcé ses capacités en gestion d’entreprise. Il emploie 15 personnes et son chiffre d’affaires est estimé en 2021 à 72 millions de Fcfa.

En dehors des diverses formations reçues, le PDAB l’a aidé à rédiger son plan d’affaires, ce qui a rendu son projet bancable. « Avant, je n’avais pas la capacité d’aller vers les banques. Avec l’appui du PDAB, je dispose d’un bon plan d’affaires, qui m’a permis de décrocher auprès d’une banque de la place un crédit de 100 millions de Fcfa remboursable sur cinq (5) ans, il y a à peine trois (3) mois. Aujourd’hui, je suis courtisé par plusieurs banques pour me faire de prêt », raconte Vital.

Avec le crédit reçu, constitué de 20% de fonds de roulement et de 80% pour l’investissement, Vital a pu augmenter sa capacité de production d’aliments pour la volaille et les ruminants, qui est passée de 80 tonnes à 130 tonnes le mois. Il a commandé un broyeur/ mélangeur et une chaîne de production de graminées en Chine en attente de livraison. Pour l’écoulement de ses produits, il dispose de 12 distributeurs répandus sur l’étendue du territoire national.

Loveline Senou, diplômée en Agronomie et promotrice de la ferme dénommée FAM (Femme Agricole pour nourrir le Monde)

Loveline Senou est une autre bénéficiaire de PDAB basée à Ouidah. Titulaire d’une Licence en Agronomie, Spécialité Pêche en 2009, elle a installé sa ferme dénommée FAM (Femme Agricole pour nourrir le Monde) et fait de la pisciculture. « Les formations en gestion m’ont beaucoup aidé et renforcé mes compétences », témoigne-t-elle. Désormais, Loveline gère mieux la production et la vente de poissons.

Elle produit en moyenne une tonne de poissons clarias par mois et n’a aucun problème pour l’écoulement de ses produits. Ses clients viennent de Lomé, Cotonou, Porto-Novo et Nigéria. Le PDAB a également facilité son accès au financement. Son projet d’extension de ses activités à la production des œufs de table et d’élevage de la volaille vient d’être sélectionné par une banque commerciale pour financement. Elle va encaisser dans les prochains jours un crédit de 25 millions de Fcfa à solder en deux ans. Ce crédit servira en grande partie aux investissements sur la ferme, notamment à la construction d’un magasin de stockage des produits et à la construction de deux poulaillers.

Loveline Senou compte également faire de la production des alevins et d’asticots pour diminuer le coût de production des poissons.

Le Projet de Développement de l’Agrobusiness au Bénin (PDAB) appuyé par le Gouvernement, l’Inde et le PNUD et mis en œuvre par le Ministère de l’Agriculture de l’Elevage et de la Pêche vise à promouvoir la création d’emplois à travers la création d’entreprises agricoles viables pour les jeunes et les femmes. A ce jour, 775 jeunes et femmes entrepreneurs ont été sélectionnés et formés sur la gestion d’une entreprise (gestion comptable, fiscale et financière). Le projet a accompagné 450 jeunes et femmes entrepreneurs de la formalisation de leur entreprise jusqu’au montage de leur Plan d’affaires ; 32 entrepreneurs (dont 2 Femmes) ont bénéficié de crédit mis en place par les structures de financement (4 entreprises pour les Banques et 28 entreprises pour les institutions de microfinance) pour un montant global de 208 229 699 FCFA.

L’entrepreneuriat se révèle de plus en plus comme un secteur porteur pour l’épanouissement de la jeunesse. Néanmoins, beaucoup de jeunes hésitent encore à se lancer dans l’auto-emploi pour diverses raisons notamment le manque de financement.

Vital peut être considéré comme un modèle de réussite en entrepreneuriat. Mais son parcours n’est pas exempt de difficulté. En 2012, il a démarré ses activités avec 200 000 Fcfa. « Plusieurs fois, j’ai soumis mes projets pour financement à des banques sans succès. J’avais besoin entre autres de fonds pour l’achat de matières premières ». Vital n’arrivait pas à satisfaire la demande de la clientèle parce qu’il est limité dans sa capacité de production faute d’énergie électrique en quantité suffisante pour faire tourner à plein régime ses machines. Loin de se décourager, il a persévéré grâce au soutien de sa famille. Ses efforts ont payé et il a pu bénéficier avec trois autres jeunes de l’appui d’un autre partenaire.

« Pour entreprendre, il faut de la passion. Si votre passion devient votre métier, vous n’aurez pas de problème à surmonter les difficultés, dès qu’elles vont surgir. Aussi, le financement ne doit-elle pas être un blocage pour entreprendre », conseille Vital.

Texte et photos: Elsie Assogba / PNUD Bénin

--

--

Le PNUD est le réseau mondial de développement dont dispose les Nations Unies. Il appuie le Bénin à relever les défis d’un développement humain durable.

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store
PNUD Bénin

Le PNUD est le réseau mondial de développement dont dispose les Nations Unies. Il appuie le Bénin à relever les défis d’un développement humain durable.