Autonomiser les femmes handicapées au Bénin

Que ce soit au Bénin ou dans le monde entier, le chemin est long pour parvenir à l’égalité des sexes. Mais pour les femmes handicapées la situation est bien plus préoccupante, surtout si elles n’ont pas le soutien de leurs proches.

Denise Agbo est une mal voyante. Elle fait de la fabrication du savon de manière artisanale. Elle a bénéficié de matériels de travail : soude, bassines et parfum pour démarrer son activité.

Agathe Amoussou souffre de nanisme et d’une malformation au pied. Faute de moyens, elle n’a pas été scolarisée et, après le décès de ses parents, sa vie a basculé. Pris de pitié, un parent proche l’a prise pour épouse, mais la laissait se débrouiller seule pour subvenir à ses besoins et a même fini par l’abandonner.

Pour joindre les deux bouts, Agathe a dû effectuer de nombreux petits boulots, souvent pénibles : ménages, concassage et tri des amandes de noix de palme, etc.

Mais, en septembre 2019, Agathe a reçu une presse pour transformer les noix de palme, ce qui a nettement amélioré sa situation.

Agathe fait partie des 44 femmes handicapées actives dans le domaine du commerce et de l’artisanat sélectionnées dans les départements de l’Alibori, du Borgou, du Zou et de l’Atlantique, que le PNUD a doté en matériels et équipements divers : machines à coudre, à tisser, fours à cuisson, motos tricycles, congélateurs, moulins à condiments pour réduire la pénibilité des travaux manuels qu’elles effectuent et les sortir progressivement de la vulnérabilité socio-économique. Cet appui s’inscrit dans le cadre du projet conjoint « Unis dans l’action pour faire avancer les droits des personnes handicapées au Bénin » essentiellement financé par le Partenariat des Nations Unies pour la promotion des droits des personnes vivant avec un handicap (UNPRPD) et mis en œuvre par le PNUD, l’UNFPA, l’UNICEF et l’OMS.

REGARD DE LA SOCIETE

“ Le manque de soutien est le grand problème aujourd’hui. Certaines n’ont même pas l’argent pour se nourrir ou pour aller à l’hôpital se faire soigner. Si tu n’as pas la chance d’avoir quelqu’un à côté de toi, c’est difficile. C’est pénible pour une personne en situation de handicap moteur d’effectuer les tâches ménagères. Lorsque certaines femmes n’ont personne pour les aider à puiser de l’eau, elles n’arrivent même pas à se laver”, raconte Egidia Alapini.

Couturière de formation, Egidia Alapini est une personne handicapée moteur très active, qui s’efforce de rester autonome malgré son handicap.

“Avant j’avais une machine avec laquelle je me débrouillais. Quand j’avais beaucoup de commandes, j’étais obligée de louer une autre machine et de faire appel à un collègue qui venait travailler avec moi. Depuis que le PNUD m’a offert cette machine à coudre, je n’en loue plus. J’ai été très contente, parce que j’étais dans le besoin. C’est grâce à cette machine que j’ai payé les deuxième et troisième tranches de la scolarité de ma fille. Aux autres femmes handicapées comme moi, je conseillerai de faire beaucoup d’efforts. Ce n’est parce que nous sommes handicapées que nous allons nous abandonner à notre sort”.

Olga Atanhoun, elle aussi couturière dans la commune de Toffo, a bénéficié d’une machine à coudre et d’une autre de surfilage.

“Avant j’éprouvais beaucoup de difficultés. Quand je recevais des commandes d’habits, j’avais des difficultés à les réaliser. J’avais une machine qui tombait souvent en panne et me retardait dans le travail. Aujourd’hui, j’honore les commandes que je reçois à temps. Grâce à ces machines, j’arrive à me nourrir et donner de l’argent du petit déjeuner à mes enfants. Mon quotidien a changé”.

AMELIORER LA SITUATION DES PERSONNES HANDICAPEES

Bertille Agossou est une personne handicapée moteur et Analyste programmeur de formation. Depuis 2004, cette mère d’un enfant est au chômage après avoir travaillé pendant 12 ans dans une entreprise. Du fait de son handicap, elle est souvent recalée lors des entretiens d’embauche. Désespérée de trouver un emploi salarié, elle a décidé de s’auto employer. Elle loue des moules servant à la fabrication des briques de construction aux maçons. En 2019, elle a bénéficié de deux moulins à condiment. Les services de ces moulins lui permettent de subvenir à ses petits besoins et d’arrondir les fins de mois.

Malgré le vote de la Loi N°2017–06 du 29 septembre 2017 portant protection et promotion des droits des personnes handicapées en République du Bénin, beaucoup de défis restent à relever. Il est prévu la délivrance d’une carte d’égalité des chances. Cette carte devrait permettre à son titulaire de bénéficier des droits et des avantages en matière d’accès aux soins de santé, de réadaptation, d’aide technique et financière, d’éducation, de formation professionnelle, d’emploi, de participation à la vie publique et politique, etc. Malheureusement, la loi n’est pas encore appliquée.

EGALITES DES CHANCES

Les appuis apportés par le PNUD grâce à notre partenariat ont été déterminants pour les femmes handicapées bénéficiaires, car ils ont changé leur vie, reconnait Maliki Zibo, Trésorier général de la Fédération des Associations de Personnes Handicapées du Bénin.

“ Je félicite mes sœurs qui se battent chaque jour, malgré leur handicap, qui n’attendent pas obligatoirement l’aide de quelqu’un et joue leur rôle de femme au sein de leur foyer. Pour les autres qui n’arrivent pas encore à s’en sortir, on va continuer les sensibilisations pour que d’ici à l’année prochaine, on ait assez de femmes handicapées dont la vie a changé positivement et dont on est fier”, Maliki Zibo, trésorier général de la Fédération des Associations de Personnes handicapées.

Texte et photos : Elsie Assogba & Roger Attemba / PNUD Bénin

Le PNUD est le réseau mondial de développement dont dispose les Nations Unies. Il appuie le Bénin à relever les défis d’un développement humain durable.

Le PNUD est le réseau mondial de développement dont dispose les Nations Unies. Il appuie le Bénin à relever les défis d’un développement humain durable.